Live training ou digital learning ?

Bien souvent, l’arrivée du digital dans l’univers de la formation peut laisser penser que le présentiel tend à disparaître. Différents professionnels ont répondu à la question "Live training ou Digital learning ?" et les avis sont partagés...

Guillemet citation
Les deux : le digital learning pour acquérir la base de connaissances, même si cela se limite plutôt à de la veille dans mon cas et le live training pour la pratique, ce qui permet non seulement d’échanger avec les autres, mais aussi d’éviter le « bricolage » dans lequel on tombe invariablement quand on fait les choses tout seul de son côté.

– Léo, Directeur de Production (agence digitale) –

Personnellement, je suis plutôt digital learning mais sans oublier la petite touche finale de présentiel, qui permet de bien valider la montée en compétences sur un sujet. Par exemple, lorsque je me suis formé sur Photoshop il y a quelques années, j’ai suivi 8 heures de cours en ligne et j’ai terminé mon apprentissage par 2 heures avec un intervenant. Cela m’a permis de lui poser toutes les questions nécessaires à la bonne maîtrise du logiciel.

– Clément, Fondateur de start-up (Education et Formation) –

Plutôt live training pour le côté humain. En effet, je trouve que dans nos métiers et la société actuelle, nous sommes de moins en moins dans l’échange verbal. Le live training permet justement de nous décoller de nos ordinateurs et smartphones pour vraiment nous permettre de prendre le temps de se former, d’apprendre et de poser des questions. Dans un sens, c’est un moment à soi. S’enrichir des autres est, à mon sens, la première façon de monter en compétences.
Je ne suis pas forcément contre le digital learning – car facilitant la formation n’importe où, n’importe quand – mais il peut avoir ses limites, notamment par rapport à la motivation de l’apprenant ou quand certains aspects de la formation ont besoin d’être éclaircis. Il est toujours plus stimulant d’avoir quelqu’un qui nous accompagne de bout en bout et qui nous soutient dans la démarche.

– Lucie, Attachée de Presse (Médias) –

Les deux ! Le digital pour l’acquisition des connaissances, le présentiel pour les simulations, les échanges avec les autres participants, le contact…

– Christelle, Responsable Relation Client (Transport & Services) –

Pour moi, le live training est synonyme de mises en situation, de jeux de rôle, d’exercices débriefés et pas seulement corrigés, de questions-réponses, d’échange avec les autres apprenants.
Le formateur s’assure à tout moment que les apprenants ont assimilé les messages ; la correction est immédiate, nul besoin d’attendre le quiz. Quant au digital learning, il permet d’acquérir des messages simples, de réaliser de nombreux quiz, de visionner au moment opportun des tutoriels vidéo…

– Jean-Luc, Chargé de développement RH (Relation Client) –

Ça dépend, je dirais que les deux sont complémentaires ! J’ai expérimenté les deux, qui sont des exercices bien distincts. Dans certaines situations, comme l’apprentissage de langues étrangères par exemple, je vais préférer le live training pour ne pas être seule et m’entourer de personnes avec qui je vais pouvoir échanger, partager des situations… En somme, profiter de la dynamique de groupe !
Par contre, le digital learning répondra plus à une envie d’être en intimité, au calme pour faire des exercices… et dépendra aussi et surtout du temps que je réussirai à m’allouer pour en faire.

– Deborah, Responsable Recrutement (Relation Client) –

Les deux. Le live training, pour pouvoir échanger, débattre, réfléchir et poser des questions, être en groupe et pouvoir s’exprimer par les gestes lors de mises en situation et de jeux de rôle, ce qui peut parfois faciliter la compréhension. Le digital learning, pour la théorie, absorber rapidement certaines notions et connaissances, rechercher soi-même des informations… Les deux sont selon moi complémentaires !

– Agnès, Property Manager (immobilier) –

Guillemet Citation

Face aux enjeux économiques actuels, à la transformation digitale observée dans beaucoup de domaines et à l’évolution constante des métiers, les entreprises, pour former leurs collaborateurs, trouvent de plus en plus dans le digital learning une véritable opportunité : réduction des coûts de formation, capacité de déploiement massif des formations, acculturation des collaborateurs aux pratiques digitales et collaboratives, etc.

Pour autant, le digital learning ne sonne pas la fin du présentiel – dit aussi « live training »-, car que ce soit à distance ou en salle, il représente un facteur d’amélioration considérable des parcours de formation. Comme le rappelait dernièrement Philippe Riveron, CEO de Learning Tribes, « l’apprentissage reste bel et bien un acte social et humain ! » et c’est ce qui continue à séduire la majorité des apprenants et les entreprises aujourd’hui : le social, l’humain, l’échange…

Le live training plaît de par sa dimension relationnelle directe, la possibilité d’effectuer des mises en situation, des jeux de rôle etc. et on assiste à sa digitalisation croissante au travers de l’utilisation d’outils collaboratifs et ludiques en live. Pierre-Jean Quetant, Country Manager de Learning Tribes Brazil, confirme : « Je ne crois pas du tout à la disparition du live training, mais plutôt à la présence de plus en plus forte du digital dans la salle de formation pour créer de nouvelles expériences, de nombreuses interactions entre les apprenants, et augmenter l’assertivité des parcours. ».

A distance, les forums de discussion en ligne au sein des plateformes de formation digitale, les webconférences, les réseaux sociaux… ne manquent pas et permettent aux apprenants d’échanger entre eux ainsi qu’avec les formateurs et experts métier connectés…

Et vous, êtes-vous plutôt Digital learning, Live training ou Blended learning, parfaite alliance des deux ?


Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *