Les 10 tendances de la formation 2020

Quelle année 2019 riche en nouveaux concepts de formation, technologies, réglementations ! La formation en entreprise s’impose comme un facteur essentiel à la politique RH mais aussi comme réel contributeur de valeur ajoutée. Quelles sont les tendances qui vont guider les Responsables Formation en 2020 ? Philippe Riveron, Président-Fondateur de Learning Tribes, vous présente les 10 tendances à suivre dans la formation en 2020…

1. UGC

Intégrer l’apprenant dans la création de la formation, accélérer le développement des contenus, créer des contenus plus proches du terrain, garantir la fraîcheur des formations, réduire les efforts des équipes L&D, imaginer des contenants de formation plus adaptés à la population apprenante, sont autant d’objectifs pour tout Responsable de Formation.

Ainsi, la « User Content Generation » se définit par la capacité à faire créer du contenu par les utilisateurs finaux. Il permet d’accélérer la création de contenu et de répondre plus rapidement aux besoins réels de formation. Le rôle des départements L&D : choisir les technologies qui permettent l’UGC, mettre en place une organisation adaptée en communiquant et en formant, animer le réseau de créateurs, modérer et valider les contenus.

Enfin, la nouvelle génération qui arrive sur le marché du travail est parfaitement adaptée à cette méthode. Les Millennials (âgés de 25-34 ans) sont les plus grands générateurs de contenu  :  70% selon le média américain DMNews !

2. Curation de contenu

D’après Edflex, 61% des salariés en entreprise se forment par eux-mêmes grâce au Web !

Nous n’avons jamais eu autant de contenus disponibles facilement sur le Web : vidéos, MOOC, articles, podcasts, tutoriels, webinaires… et chaque responsable RH souhaite intégrer ces ressources dans son plan de formation.

L’un des plus gros challenges est de trouver les nouveaux contenus pertinents, les classifier et les rendre disponibles. C’est tout l’enjeu de la curation de contenu.

De nouvelles plateformes de curation ont vu le jour et permettent de chercher et de sélectionner, grâce à une intelligence artificielle mais aussi à une nécessaire intervention humaine autour de deux acteurs : les learning curators, véritables experts du domaine, et les apprenants eux-mêmes en évaluant la qualité des contenus.

3. Video Learning

La vidéo est partout dans notre vie : chaque minute, plus de 400h de vidéo sont téléchargées sur YouTube ! Nous comprenons que ce média s’impose dans la vie quotidienne et de plus en plus dans l’entreprise. Les départements formation sont donc impactés et doivent s’organiser pour mettre en place une stratégie qui permet de créer et diffuser des vidéos. Le format, le storytelling, l’intégration dans un module de formation sont autant de caractéristiques à prendre en compte pour créer des vidéos impactantes.

La facilité des outils de création (smartphone, logiciel de montage…) permet une prise en main facilitée et une production à moindre coût. De plus, le sous-titrage automatique et en plusieurs langues permet de répondre à tout type d’apprenants.

4. Mobilité

Dans la continuité de 2019, suivre son parcours de formation via son smartphone ou sa tablette reste une tendance forte pour 2020. L’arrivée de la technologie 5G va encore améliorer l’expérience utilisateur en multipliant par 1000 la performance des réseaux. Le cabinet anglais IHS Markit évalue à 12,3 trillions de dollars l’apport de la 5G à l’économie mondiale en 2035.

Les plateformes de formation digitale vont s’adapter et doivent permettre la lecture de contenus parfaitement adaptés au format mobile : accessibles, courts et gamifiés !

Le mobile learning permet des usages plus sociaux à l’instar des plateformes de messaging.

De plus, les applications de formation démontrent que la fonction « offline » permet d’accélérer l’apprentissage pour les apprenants en mobilité. C’est aujourd’hui l’une des fonctionnalités les plus utilisées en mobilité en attendant d’être connecté en continu.

Enfin, on parle souvent d’ancrage mémoriel en formation et le smartphone permet non seulement de diffuser des savoirs mais aussi de dialoguer ou de notifier régulièrement, ainsi on obtient une utilisation optimale des techniques de mémorisation dans le temps.

5. In the flow of work

Salesforce, Slack, Workplace, Teams… sont des outils du quotidien pour les salariés. Nous savons que les LMS / LXP sont les outils de formation mais les salariés n’y accèdent qu’une à deux fois par mois.

Afin de rapprocher la formation du quotidien grâce à des contenus adaptés, nous devons les pousser sur les outils quotidiens de travail. Nous obtiendrons ainsi une formation « just in time ».

Couplés à une intelligence artificielle, les contenus les plus adaptés seront proposés en fonction du besoin, de la performance et de la disponibilité du salarié.

Les intégrations entre les interfaces de travail et celles de formation vont être un enjeu majeur !

6. Influenceur

De la même façon que l’on suit la playlist musicale ou le fil d’actualité de son artiste, journaliste, comédien préféré, on peut supposer que notre mentor ou un expert reconnu dans l’entreprise va nous permettre de découvrir de nouveaux savoirs utiles pour notre travail quotidien ou pour nous développer professionnellement. Ainsi le rôle des influenceurs ou des mentors permet de suivre, mais aussi d’interagir : mise à disposition de playlist de contenus, chat online, webinar… sont autant d’activités à programmer.

Les plateformes LMS s’équipent de plus en plus de fonctions sociales comme « Demander l’avis d’un expert », ce qui permet de connecter un « sachant » avec un apprenant.

7. Data

« Data is gold » : voici une maxime que bon nombre de professionnels du marketing ont l’habitude de citer, mais il serait étonnant que les experts de la formation ne l’utilisent pas. En effet, la data permet aux responsables de formation d’anticiper les besoins à venir mais surtout de personnaliser l’expérience de formation.

Ainsi l’utilisation des données de formation combinées aux données de performance en situation de travail permet d’améliorer les contenus de formation, de diffuser un certain type de contenu pour une population donnée, et de renforcer l’apprentissage pour un individu.

Nous utilisons toujours les 4 niveaux du modèle KirkPatrick en formation, mais sans données, nous sommes condamnés à rester au deuxième niveau. L’analyse des données grâce à des outils d’automatisation nous permet aujourd’hui de couvrir les 4 niveaux de ce modèle. Nous voyons donc l’apparition d’outils d’analytics spécifiques à la formation.

8. Open Education

L’une des grandes tendances comme nous l’avons vu dans la curation est d’ouvrir l’université d’entreprise à des contenus ouverts : podcasts, vidéos YouTube, articles de journaux, webinars… ce qui signifie une expérience plus diverse pour l’apprenant.

De l’autre côté de la chaîne, les universités d’entreprise ouvrent leurs contenus à des populations plus larges que les salariés, la hausse de l’outsourcing (IT, relation client) ou la gig economy (freelance, contrat à la mission) ouvrent la formation à des populations non salariées, les réseaux de distribution de plus en plus divers obligent à former sur des territoires et des langues différentes. Les futurs candidats qui cherchent à adapter leurs compétences et les clients des entreprises sont aussi de nouveaux publics friands de formations qui leur correspondent.

Les départements formation doivent donc penser la stratégie de création de contenu en fonction de ces nouveaux publics : un accès sécurisé à la plateforme de formation, du marketing pour engager les apprenants, des contenus plus courts et plus accessibles, des thématiques plus importantes sur la culture d’entreprise…

9. Reward

Repenser la formation pour ne pas seulement être une obligation mais un bénéfice valorisable pour le salarié. Ainsi, en suivant une formation de qualité, engageante et certifiante, il améliore son employabilité interne, voire externe. Le temps de formation est donc valorisé.

Bon nombre d’entreprises sont aujourd’hui prêtes à payer des formations plus éloignées de l’emploi actuel pour préparer les emplois futurs des salariés à potentiel. A l’instar du ticket restaurant et du chèque cadeau, nous voyons l’apparition d’un nouveau concept de « reward training ».

Cela sous-entend de proposer un catalogue de formation suffisamment large et pertinent, de marketer l’offre de formation comme un accélérateur de carrière, de communiquer largement sur les réussites et parcours professionnels.

10. Emotion

Certainement la tendance la plus indémodable en formation, l’émotion a toujours une part importante car elle crée l’engagement de l’apprenant. Ainsi, même les derniers remparts à l’émotion que sont les formations à la conformité et à la sécurité ont compris qu’il fallait ajouter des touches de fun, de surprise, d’humain pour ces formations annuelles récurrentes.

Les formations à la vente ou la relation client ont compris quant à elles depuis longtemps qu’il fallait créer un bon storytelling pour permettre l’ancrage mémoriel nécessaire à une mise en application rapide. Plusieurs initiatives ont vu le jour autour de la création de web-séries « à la Netflix », de la réalité virtuelle ou encore des escape games.

Ainsi les compétences créatives des ingénieurs pédagogiques sont très recherchées : avoir cette capacité à créer des scénarios, animer une équipe d’acteurs, penser l’environnement d’apprentissage autrement.

Les 10 tendances de la formation : l’infographie complète ! 

10 tendances de la formation 2020

COMMENTS


Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *